UGS : KFD_I9OC27LZ Catégorie :

Takamaka péi

Takamaka péi, Calophylum tacamahaca, Clusiacées ex-Guttifère

Grand arbre de forêt, le takamaka pousse en climat humide; cette plante a occupé des espaces forestiers importants dans les communes de Saint-Benoît et de Saint-Philippe. Elle a laissé son nom à des lieux-dits. Elle est aussi présente à Sainte-Rose, à Langevin et même dans les Hauts de la ravine Sèche à L’Etang-Salé.
Ses feuilles lancéolées munies de nervures secondaires rapprochées et parallèles permettent de l’identifier. Ces nervures disposées en dents rapprochées représentent une des clés de détermination de l’espèce.
Son tronc, souvent dépouillé de branches sur plusieurs mètres de hauteur, a une écorce repérable de loin avec sa couleur jaune crème, décorée de tâches harmonieusement espacées sur toute sa hauteur.
Ses fleurs attirent beaucoup les abeilles et ses fruits en forme d’amande ne contiennent qu’une gaine chacun.

Usages traditionnels :

  • les dartres, tampane > un cérat composé de résine de takamaka, de camphre et de jaune d'œuf à frictionner sur les zones de peau malade;
  • les plaies > un onguent à base de résine de takamaka qui stoppe les hémorragies et cicatrise les plaies;
  • les hémorroïdes > décoction de feuilles;

Vulnéraire, veinotonique

Conseils :

Le takamaka peut pousser en beaucoup d'endroits sur l'île; c'est une plante endémique que les communes situées à mi-hauteur pourraient planter. Au Tampon, ce bel arbre peut amener de l'ombre dans les cours d'école et sur les places publiques.
Les pépinières de la commune n'auraient pas de difficultés majeures pour s'approvisionner en semences et les faire germer; la croissance est rapide, l'arbre solide et rustique.

Panier

Chercher un produit